logo
accueil / retour
home / back
demande de prix et renseignements
price and informations requests
Ce tissage est un "agounoun", partie du costume des jeunes mariées lors des mariages collectifs qui avaient lieu périodiquement chez les Aït Yazza de l'Assif, une fraction de Aït Hadiddou installée à Imilchil et dans ses alentours, dans le Haut-Atlas central. La dernière de ces cérémonies collectives a eu lieu en 1989. Porté sous la handira et sur le haut des épaules, l'agounoun était taillé dans un tissage blanc plus ancien puis teint au noué en deux étapes. Le rond central est appelé "lune" et ceux l'entourant "étoiles", dans le langage local. Il était encore totalement méconnu des amateurs de textiles tribaux marocains voici une douzaine d'années. Après qu'il ait ressurgi par hasard chez quelques marchands, j'ai pour ma part fait des recherches dans cette région que je connaissais bien et découvert quelques pièces chez l'habitant, pièces souvent servant à rembourrer des coussins, quand elles ne traînaient pas tout simplement dans un coin ou au fond d'un sac. Ces recherches ainsi que sur d'autres textiles de ce type de ces régions ont donné lieu à un exposé que j'ai présenté lors de l'ICOC à Marrakech en 2001 (disponible ici). Par ailleurs, et pour contrecarrer une théorie selon laquelle un tel textile aurait été "inventé" pour satisfaire la demande de collectionneurs, de nouvelles recherches m'ont amené à découvrir un document filmé de 1970, par un anthrologue autrichien, Mr Norbert Mylius: ce document montre une femme réalisant la teinture d'un agounoun au noué, selon la tradition encore en vigueur alors.

Référence : D086

This is an "agounoun", part of the bride's costume during collective weddings that took place at intervals in the Aït Yazza fraction of the Aït Hadiddou tribe until 1989. It was worn onto the shawl and under the hair at the top of the shoulders, largely unvisible. The agounoun was cut from an older piece of white wool weaving, then tie-dyed in two colors. The central circle and those surrounding are respectively called "moon" and "stars" in the local language. It was largely unknown from amateurs until the end of the 1990's when it happened to come on the Marrakech market. I had personnally travelled the area many times, but looking for shawls, never had asked for such a thing, hence never seen one. Researching further, I then found a number of such agounoun, all of them either used to stuff pillows, or abandonned in bags or dark corners. These researches and others on similar textiles from neighbouring tribes resulted in a speech presented at the 2001 ICOC in Marrakech (available here in french); it is available on request. Beyond this, and more recently, I had with a dealer friend of mine, to counter a theory denying the authenticity of such textiles, and saying they were "invented" to satisfy greedy dealers and avid collectors. On top of my own field work, I discovered and could use a filmed document made in 1970 by an austrian anthropologist, Mr Norbert Mylius, who had then visited the Imilchil area: it showed very clearly a berber woman tie-dyeing an agounoun, as per the local tradition.

Reference : D086

agounoun imilchil haddidou
© Thanakra 2016